Le Messager du Seigneur

Malachie 2:7

« Car les lèvres du sacrificateur gardent la connaissance, et c'est de sa bouche qu'on recherche la loi, car il est le messager de l'Éternel des armées. », Malachie 2 :7

 

Un messager est quelqu’un qui délivre un message d’une partie à une autre. Il n’est pas à l’origine du message, simplement il le fait passer. Il n’est ni celui qui envoie le message, ni celui qui le réceptionne ; mais le lien vital de communication entre les deux.

Les bergers sont les messagers de Dieu. Tous les bergers sont appelés a délivrer le message de Dieu au troupeau dont ils doivent prendre soin. Aucun messager ne devrait délivrer ses propres messages, aucun berger ne devrait dispenser des messages de par lui-même ; ni de lui-même. Ce qu’il donne ne devrait pas être autre chose que ce que Dieu désire communiquer à Son troupeau, et ce, à tout moment. C’est là la véritable signification de paître spirituellement le troupeau.

Paître les brebis du Seigneur est la tâche principale des bergers :

« Lors donc qu'ils eurent dîné, Jésus dit à Simon Pierre: Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu plus que ne font ceux-ci? Il lui dit: Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime. Il lui dit: Pais mes agneaux. … Seigneur, tu connais toutes choses, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis. », Jean 21 :15, 17.

« J'exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi qui suis ancien avec eux et témoin des souffrances de Christ, qui aussi ai part à la gloire qui va être révélée: paissez le troupeau de Dieu qui est avec vous, le surveillant, non point par contrainte, mais volontairement, ni pour un gain honteux, mais de bon gré, », 1 Pierre 5 :1-2.

« Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau, au milieu duquel l'Esprit Saint vous a établis surveillants pour paître l'assemblée de Dieu, laquelle il a acquise par le sang de son propre fils. », Actes 20:28.

Nourrir l’assemblée est bien plus que de donner des instructions systématiques de vérités bibliques. Parmi tous ceux qui donnes des messages bibliques, beaucoup ne nourrissent pas le troupeau, car nourrir veut dire appliquer la Parole de Dieu aux circonstances présentes ; c’est subvenir aux besoins des saints. Le berger qui nourrit est toujours à propos : « Le Seigneur l'Éternel m'a donné la langue des savants, pour que je sache soutenir par une parole celui qui est las. Il me réveille chaque matin, il réveille mon oreille pour que j'écoute comme ceux qu'on enseigne. », Esaïe 50 :4.

Si, par exemple, le troupeau du Seigneur a été influencé par des erreurs, un bon berger présentera les Écritures qui corrigeront ces erreurs. Si leurs cœurs sont endurcis par l’orgueil, par une justice qui leur est propre, par une attitude rebelle, le berger annoncera la Parole qui reprendra et humiliera les cœurs. S’ils sont découragés, il dispensera des paroles d’encouragement. Quand la peur domine, il réaffirmera leur foi. Lorsqu’ils seront dans l’épreuve, il démontrera les avantages des souffrances chrétiennes, et les récompenses réservées aux vainqueurs. Quand ils sont oppressés, il annoncera des paroles de délivrance. Et, quand l’Esprit ne donne aucune direction particulière, il continuera à prodiguer des instructions générales contenues dans les Écritures ; sachant que toutes les vérités bibliques, sagement apportées, nourriront les âmes des membres de l’assemblée et les prépareront à l’avenir. Ainsi, à tout moment, ce qui est partagé sera utile au moment propice. Mais, la tâche principale des bergers est que leurs messages soient « En temps et hors de temps », qu’ils subviennent aux besoins présents et à ceux à venir des brebis du Seigneur. Ceci, et rien d’autre, est véritablement paître le troupeau.

Dans aucun autre passage biblique, la voix présente de Dieu, envers un peuple particulier, ne se fait mieux entendre que dans les messages aux sept assemblées d’Asie, (Apocalypse 2 et 3). Ces missives ne sont pas générales, elles ne sont pas des flèches tirées à l’aventure, mais sont des flèches de vérité inspirées par l’Esprit Saint ; dirigées vers des cibles spirituelles spécifiques. Le Seigneur annonce précisément à chaque assemblée ce qu’elle avait besoin d’entendre au moment précis. Il approuve les bonnes œuvres, condamne les péchés, corrige les erreurs, réconforte ceux qui souffrent et avertit les tièdes – Ses paroles sont déterminées par les conditions spirituelles existantes dans chaque assemblée. Dans ces messages, le Maître Messager instaure un critère élevé que tous les bergers locaux devraient s’efforcer de suivre.

Mais, pour qu’il en soit ainsi, chaque serviteur se doit de maintenir une communion rapprochée avec le Seigneur. Afin qu’il puisse accomplir sa vocation parfaitement, le serviteur doit être constamment sous l'ascendant de l’Esprit. Comme l’apôtre Jean, le messager du Seigneur doit demeurer dans le sein de Jésus s’il veut entendre la voix qui parle du cœur de Dieu. Ceci demande beaucoup de temps consacré au Seigneur quotidiennement. Afin d’obtenir et de préserver ce précieux temps, le serviteur devra se défaire de toute distraction inutile : « Mais je dis ceci pour votre propre avantage, non pour vous enlacer dans des liens, mais en vue de ce qui est bienséant, et pour que vous vaquiez au service du Seigneur sans distraction. », 1 Corinthiens 7 :35.

La justesse de ses messages dépendra de l’attention avec laquelle il écoutera Celui qui en est la source. La concentration spirituelle est essentielle. Ce n’est qu’en s’attendant au Seigneur longuement, dans la méditation de la Parole de Dieu et dans la prière fervente, qu’il recevra des paroles inspirées de l’Esprit Saint ; ceci afin de pourvoir aux nécessités spirituelles constantes du troupeau.

Aussi, il y a une vaste différence entre des sermons qui n’apportent rien de concret et des messages qui apportent la vie. Les premiers proviennent de la tête du messager, les seconds sont de Dieu. Les premiers ne sont que des discours religieux, les seconds sont des paroles spirituelles. Des sermons morts n’engendrent que la mort, des messages vivants dispensent la vie. Les paroles qui proviennent de la Tête ravivent l’assemblée locale, la motivant pieusement. Des brebis confuses et peu préparée à la vie chrétienne, peuvent être changées en combattants, prêtes pour le combat de la foi.

Le père ne délaissera pas l’Épouse de Son Fils. Dans notre génération, Dieu recherche à réveiller Son peuple et à le surélever à la vie abondante et conquérante. Comment y parviendra t-Il ? A travers les serviteurs, les bergers, les surveillants, les messagers, ceux-là mêmes qui sont conduits par le Saint Esprit. Leurs messages de vérité, raviveront, reprendront, corrigeront, restaureront, inspireront et encourageront la croissance dans les assemblées. Et alors, la voie pour l’apparition du Seigneur sera préparée : « Voici, j'envoie mon messager, et il préparera le chemin devant moi; et le Seigneur que vous cherchez viendra soudain à son temple, et l'Ange de l'alliance en qui vous prenez plaisir, – voici, il vient, dit l'Éternel des armées. », Malachie 3 :1.

 

[ M E N U ] [ S U J E T ]

logo