La crucifixion et la croix

Par Randy Nusbaum 

Ce message a pour but de mettre en évidence la différence entre la crucifixion et la croix.  Beaucoup aujourd’hui prêchent la croix et parlent de la croix, alors qu’en fait ce qu’ils mettent en avant est la crucifixion.  Par la crucifixion je veux dire les évènements historiques liés à la mort de Christ sur la croix.  Bien que ces choses aient leur importance, elles ne sont qu’une partie de la prédication de la croix.  La mort physique de Jésus n’est pas la totalité de l’œuvre spirituelle et éternelle accomplie pour nous et en nous par la croix.  Ces morceaux de bois ne peuvent pas être appelés la croix éternelle de Christ car ils sont maintenant devenus poussière.  Il n’y a aucune puissance dans la prédication de la croix en bois sur laquelle a été crucifié Jésus.  Mais l’apôtre Paul dit : « La parole de la croix est folie pour ceux qui périssent, mais à nous qui obtenons le salut elle est la puissance de Dieu. » (1 Corinthiens 1 :18).  Les évènements temporels de ce jour historique sont passés, mais la puissance éternelle de la croix a le pouvoir de changer des vies encore aujourd’hui.

La croix telle qu’elle est enseignée aujourd’hui par la majorité est uniquement l’évènement historique, ou bien seuls les bénéfices que nous pouvons en tirer sont présentés.  Beaucoup se contentent d’un petit aspect de la croix et en négligent la puissance qui peut changer les vies.  L’un de ces aspects est l’enseignement concernant nos péchés.  Cet enseignement est vrai et bon, mais il n’inclut pas la puissance de la croix pour nos vies quotidiennes.  Bien entendu nos péchés ont été pardonnés, et louons Dieu que là où les péchés abondaient la grâce a surabondé.  Mais qu’en est-il de la nature pécheresse qui produit les péchés aussi vite qu’ils nous sont pardonnés ?  Louons Dieu que la grâce est suffisante pour que nos péchés (au pluriel) soient pardonnés, mais pouvons-nous ignorer notre nature pécheresse ; celle qui est péché (au singulier) ?  Les Écritures nous donnent la réponse : « Qu’ainsi n’advienne! » (Romains 6 :2).

Nous devons voir que l’œuvre accomplie à la croix est bien plus conséquente que le simple pardon des péchés.  Notre vieil homme – celui qui produit le péché – a été crucifié avec Christ.  Si un arbre produit de mauvais fruits, le meilleur moyen de remédier à cela n’est pas de ramasser tous les mauvais fruits.  Bien entendu en faisant cela nous n’aurons plus de mauvais fruits, mais la source du problème n’est pas les mauvais fruits mais l’arbre lui-même.  Peu après avoir ramassé tous les mauvais fruits, l’arbre continuera à en produire année après année.  C’est la méthode employée par beaucoup de chrétiens pour se débarrasser de leurs péchés.  Ils demandent pardon et promettent de ne plus se laisser emporter par leur mauvaise humeur ou leurs convoitises, ces choses semblent à peine réglées qu’elles ressurgissent à nouveau.  Le constat est toujours le même : il n’y a en ceci que de la frustration et de la confusion.  C’est le résultat d’un enseignement partiel, incomplet et limité de la croix.

C’est vrai que nos péchés ont été effacés par le sang de Christ, mais le sang ne peut pas effacer le vieil homme.  Notre exemple de l’arbre fruitier démontre que la meilleure méthode de nous débarrasser des mauvais fruits est de couper l’arbre.  Le Seigneur Jésus Christ nous a effectivement lavé de nos péchés par son sang, mais Il a aussi mis de coté le vieil homme ; Dieu nous ayant crucifié avec Lui.  C’est ce qu’avait annoncé Jean le baptiseur : « Voilà l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde! » (Jean 1 :29), le péché au singulier.  Christ est Celui qui s’occupe des mauvais fruits et de l’arbre, Jean déclare à nouveau : « La cognée est mise à la racine des arbres; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit est coupé et jeté au feu. » (Matthieu 3 :10).

Par le sang de Jésus-Christ nous sommes lavés de nos péchés, par la croix de Jésus-Christ notre vieil homme est crucifié avec Lui.  C’est ce que proclame l’apôtre Paul : « Je suis crucifié avec Christ » (Galates 2 :20) ; « Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché. » (Romains 6 :6).  Il y a une différence considérable entre se satisfaire du pardon continuel de nos péchés et apprendre quotidiennement et progressivement que nous avons été crucifiés avec Christ et que nous vivons par sa vie.  Beaucoup connaissent cet enseignement mais continuent à vivre dans la défaite constamment, vaincus sans cesse par les péchés.  C’est ici toute la différence entre la crucifixion et la croix !  La véritable prédication de la croix a de la puissance, une puissance qui peut transformer une vie léthargique tiède et improductive en une vie victorieuse en Christ caractérisée par une glorieuse liberté.  Citons Paul encore une fois : « Car pour moi, vivre c’est Christ » (Philippiens 1 :21).   Lorsque vous et moi pouvons dire que Christ vit sa vie en nous et à travers nous et que nous nous reconnaissons comme étant morts, alors nous connaissons la croix.

Beaucoup admettent que Christ est en eux, mais peu sont ceux qui confessent être morts, crucifiés avec Christ.  Peu nombreux sont ceux qui réalisent et peuvent dire que la seule vie manifeste en eux – des vases de terre (2 Corinthiens 4 :7) – est la vie de Christ.  Tant que nous ne pouvons pas dire ces choses nous n’avons pas de puissance, et si nous n’avons pas de puissance alors nous n’avons pas tout entendu de la prédication de la croix qui est la puissance de Dieu (Romains 1 :16 ; 1 Corinthiens 1 :18).  Ceci ne veut pas dire que ceux qui ont saisi le message de la croix sont parfaits, mais ils poursuivent assidûment le Seigneur afin de gagner Christ (Philippiens 3 :8).

Chaque jour nous devons être sensibilisés au fait que nous devons vivre par la croix.  Chaque jour nous devons mourir un peu plus à nous-mêmes afin que la vie de Christ puisse se manifester en nous et à travers nous. Que le Seigneur nous y aide !

 

[ M E N U ] [ S U J E T ]

logo